Sébastien Bouchindhomme, Délégué Général de la FIGEC, témoigne

La FIGEC a toujours privilégié le « name and fame » plutôt que la politique du bâton. Certes, il est nécessaire de pointer du doigt  les « mauvais élèves » de la classe mais plus encore il nous apparait plus productif de valoriser le travail des milliers de chefs d’entreprise qui se battent au quotidien pour produire de la richesse et créer des emplois.

C’est cet état d’esprit qui nous a guidé lorsque nous avons repris l’organisation des Assises des délais de paiement en 2018. Les premières éditions « nouvelle formule » en 2019 à Paris puis à Lyon nous ont conforté dans nos choix et nous comptons garder le cap en 2020 en proposant une véritable plateforme d’échanges entre les entreprises, nos adhérents, les pouvoirs publics et les organismes professionnels.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *